Terre battue, l’arène est prête

« …Un rituel qui plongera au plus loin dans les viscères de l’aliénation de la condition humaine afin de tenter une transe-formation audacieuse, salvatrice et oserais-je dire sacrée dans ce monde actuel qui manque cruellement d’êtres reconnectés. »


Le 23.02.2018 a 0h00

Terre… battue.  L’arène est prête.

Billet d’ambiance… Merci Nico de m’avoir fait vivre cette expérience scénique unique, en bord de piste … impossible à décrire mais je vais tenter sous forme d’un billet d’humeur…

« Son pourtour est encerclé par d’impassibles sièges qui accueilleront une horde de spectateurs. Deux cents. Ils seront deux cents à entrer sans le savoir dans le monde d’Etape Zero. Un projet porté par deux comédiens culottés, habités, aux corps finement sculptés et habilement transe-metteurs…  Eux ont longuement affiné leur jeu et leurs perceptions par le travail de la transe. J-3. Nous y sommes. Tout est posé. Le calme frissonne car il sait que là, tapie dans le sombre à l’abri des projecteurs, l’ombre plane déjà. Elle va monter en puissance et se faire insistante jusqu’à sortir par la gorge de l’un d’entre eux, transpercer tout ce qui peut l’être pour prendre possession de leurs corps en hurlant à toutes les forces présentes d’imploser en eux jusqu’à s’imposer, enfin, en pleine lumière.

transe-arene

Pour autant cette ombre l’est-elle vraiment ?  Nos sens se trompent-ils où alors est-ce autre chose qui nous empêche de voir… de nous transe-porter au-delà de l’illusion nourrie par nous-même ?  Cela me laisse songeuse…

Comment le spectateur va-t-il se sortir de ce spectacle transe-formateur ? Se laissera-t-il faire ? Se laissera-t-il toucher, emporter, broyer par ce combat loyal entre ombre et lumière ? Va-t-il se laisser entraîner par le souffle des ancêtres de cet œuvre de fin du monde qui giclera son questionnement en apothéose et transpercera chaque âme empêtrée par son existence et tout de même présente au cœur de cette nuit qui vient ?

Pour peu, on pourrait déjà en percevoir les prémices, la mise en mouvement de tous ceux qui ont dit oui pour assister à ce rituel purificateur d’un nouveau genre. Un rituel qui plongera au plus loin dans les viscères de l’aliénation de la condition humaine afin de tenter une transe-formation audacieuse, salvatrice et oserais-je dire sacrée dans ce monde actuel qui manque cruellement d’êtres reconnectés.

Pour sûr, vendredi, chacun sera exactement là où il doit être… mais oserons nous nous outre-passer… oserons-nous nous laisser transe-figurer…

 20.02.2018″


etape zero

Etape Zero : une performance scénique dans le cadre du festival Factory – caserne Fonck, Liège – vendredi 23 février 2018  à 0h00.  Le spectacle fut joué sold out… Plus d’infos : https://www.festivaldeliege.be/factory-18

« Franzie et Karl sont emprisonnés dans un monde post-capitalyptique. Emprunts de culture passée et réduits à l’état d’animaux clochards, ils n’ont d’autres choix que de vivre ensemble. Leur relation se tisse au rythme de situations poétiques, absurdes et conflictuelles.
Après de nombreuses recherches sur la transe, Nicolas Bruno a proposé à Audric Chapus, de mettre cette étude au défi de la création théâtrale. Les deux acteurs explorent, en scène, cette expérience sacrée et y trouve une nouvelle puissance corporelle, une nouvelle liberté.

Etape Zéro parle d’humains qui, dans un monde qui ne l’est plus, tentent de retrouver leur humanité.

Un projet initié et mis en scène par : Nicolas Bruno / Ecriture Collective / Avec : Nicolas Bruno, Audric Chapus, Cédric Didier ( percussion ) / Regard Extérieur : Pietro Varrasso, Corine Sombrun / Maquillage : Dominique Brévers / Plasticien : Jo De Leeuw / Production : ELEPHANT Crew : Antoine Herbulot / Projet issu d’un solo carte blanche de l’ESACT / Avec le soutient de l’ESACT, de La Chaufferie Acte 1, du syndicat d’initiative de Godinne, de l’asbl “Le temps qu’on sème”/ Merci au Festival de Liège, à l’Ancre/Charlero ainsi qu’aux nombreuses personnes qui gravitent autour du projet / © Fred Verheyden